Le Café des Délices
bonjour et bienvenue parmi nous
n'hésitez pas à nous rejoindre et partager recettes et amitiés

Le Café des Délices

forum de cuisine et d'amitié
 
PortailAccueilFAQCalendrierRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Noël et tradition

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant
AuteurMessage
toscane
grand cuisinier
grand cuisinier


Nombre de messages : 870
Age : 71
Date d'inscription : 28/12/2009

MessageSujet: Re: Noël et tradition   Ven 3 Déc 2010 - 10:30

smiley-4
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
azia
Top chef
Top chef


Nombre de messages : 3018
Age : 99
Localisation : dans un citronnier
Date d'inscription : 02/09/2008

MessageSujet: Re: Noël et tradition   Ven 3 Déc 2010 - 19:18




on va jouer le grinch

















moi cette periode çà me rappelle


















les impots!! lolll
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
gewurtz
Admin
Admin


Nombre de messages : 19246
Age : 52
Date d'inscription : 08/07/2007

MessageSujet: Re: Noël et tradition   Ven 3 Déc 2010 - 19:24

ah non c'est fini a cette époque

moi c'est la facture d'assurance de la voiture

sinon domi merci pour toutes ces belles infos vraiment

j'ai bien envie de tester ton vin de mandarine ça me donne envie

on pourrai faire un sujet pour ce genre de breuvage non ? ça serait sympa il y en a aussi d'autres

qu'en pensez vous


moi je vais acheter de mandarines et du vin pour tester ça

_________________
venez voir mes photos sur

http://picasaweb.google.com/67benes
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://plus.google.com/photos/106531681260870275995/albums?bann
azia
Top chef
Top chef


Nombre de messages : 3018
Age : 99
Localisation : dans un citronnier
Date d'inscription : 02/09/2008

MessageSujet: Re: Noël et tradition   Ven 3 Déc 2010 - 19:33

je suis grinch , j'avoue , j'aime pô noel lolll
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
azia
Top chef
Top chef


Nombre de messages : 3018
Age : 99
Localisation : dans un citronnier
Date d'inscription : 02/09/2008

MessageSujet: Re: Noël et tradition   Ven 3 Déc 2010 - 19:36

si tu aimes les boissons qui réchauffe tu devrais essayer la cucaracha lolll
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Domi
Admin
Admin


Nombre de messages : 19867
Age : 59
Date d'inscription : 01/09/2010

MessageSujet: Re: Noël et tradition   Ven 3 Déc 2010 - 20:14

azia a écrit:
si tu aimes les boissons qui réchauffe tu devrais essayer la cucaracha lolll

ca c'est une danse azia ca se boit?? fr
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Domi
Admin
Admin


Nombre de messages : 19867
Age : 59
Date d'inscription : 01/09/2010

MessageSujet: Re: Noël et tradition   Ven 3 Déc 2010 - 20:18

oui oui chef j'en ai pleins des recettes comme ca toute simple et super bonnes

_________________
**Souvent imitée jamais égalée **
Mi ange - Mi démon
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
azia
Top chef
Top chef


Nombre de messages : 3018
Age : 99
Localisation : dans un citronnier
Date d'inscription : 02/09/2008

MessageSujet: Re: Noël et tradition   Ven 3 Déc 2010 - 20:47

Domi a écrit:
azia a écrit:
si tu aimes les boissons qui réchauffe tu devrais essayer la cucaracha lolll

ca c'est une danse azia ca se boit??

une danse qui se boit?? heu non c'est une boisson qui réchauffe en fait tu bois de l'alcool de cucaracha ( lire coucarrachat) qui flambe et il faut boire avant que la flamme s'eteine, et pour réchauffer çà réchauffe lollll

et tu danses du reegueton aprés çà lollll
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Domi
Admin
Admin


Nombre de messages : 19867
Age : 59
Date d'inscription : 01/09/2010

MessageSujet: Re: Noël et tradition   Ven 3 Déc 2010 - 21:02

mdrrrrrrrrrrrr tu connais pas la chanson la cucaraacha??

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
azia
Top chef
Top chef


Nombre de messages : 3018
Age : 99
Localisation : dans un citronnier
Date d'inscription : 02/09/2008

MessageSujet: Re: Noël et tradition   Ven 3 Déc 2010 - 21:09

mdr çà n'a rien avoir avec la boisson oui je connais , cucaracha çà veut dire cafard en espagnol
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Domi
Admin
Admin


Nombre de messages : 19867
Age : 59
Date d'inscription : 01/09/2010

MessageSujet: Re: Noël et tradition   Ven 3 Déc 2010 - 21:11

hihihii je savais pas mdrrr

_________________
**Souvent imitée jamais égalée **
Mi ange - Mi démon
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
azia
Top chef
Top chef


Nombre de messages : 3018
Age : 99
Localisation : dans un citronnier
Date d'inscription : 02/09/2008

MessageSujet: Re: Noël et tradition   Ven 3 Déc 2010 - 21:16

cucaracha
2 cl de tequila et ,1cl de kahlua = liqueur de café tu chauffes tu flambes et tu bois avant que cela s'éteint

et les zom aiment
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
azia
Top chef
Top chef


Nombre de messages : 3018
Age : 99
Localisation : dans un citronnier
Date d'inscription : 02/09/2008

MessageSujet: Re: Noël et tradition   Ven 3 Déc 2010 - 21:18

Domi a écrit:
hihihii je savais pas mdrrr

la chanson parle des mesaventures d'un cafard qui ne peut marcher parce qu'il lui manque une patte arrière
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Domi
Admin
Admin


Nombre de messages : 19867
Age : 59
Date d'inscription : 01/09/2010

MessageSujet: Re: Noël et tradition   Sam 4 Déc 2010 - 8:41

azia a écrit:
Domi a écrit:
hihihii je savais pas mdrrr

la chanson parle des mesaventures d'un cafard qui ne peut marcher parce qu'il lui manque une patte arrière


ho
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Domi
Admin
Admin


Nombre de messages : 19867
Age : 59
Date d'inscription : 01/09/2010

MessageSujet: Re: Noël et tradition   Sam 4 Déc 2010 - 8:44

Le gui



Le gui est une plante traditionnelle de la saison d’hiver. Suspendu aux lustres ou au-dessus d'une porte, le gui fait partie de l'ornementation domestique des fêtes de fin d’année. A Noël, et particulièrement le Jour de l'an, à minuit précisément, la tradition veut que l'on s'embrasse sous une branche de gui, symbole de prospérité et de longue vie. Cela est d’autant plus curieux que cette plante porte-bonheur, le Viscum album est une plante parasite qui se nourrit en partie de la sève de l'arbre sur lequel elle vit. Sa présence est signe de faiblesse pour l'arbre et finira par entraîner sa mort. Si le gui est un présage de bonheur pour l'homme, à l'inverse il n'annonce rien de bon pour l'arbre. Il n’est reste pas moins vrai que dans nos régions, le gui est symbole de l'immortalité - peut-être parce qu'il reste vert.

Cette coutume tire son origine dans les rituels et croyances des peuples celtes.
Pour les druides Celtes, c'était le remède universel, la plante sacrée (guérison, protection contre toutes sortes de maux et contre les méfaits de la sorcellerie, chance); ils croyaient qu'il poussait sur les chênes grâce à une main divine. Quand le chef des druides coupait le gui avec sa serpe en or, il le recueillait dans un drap blanc en prenant bien soin qu'il ne touche pas terre et le trempait dans l'eau lustrale. Puis quand ils le brûlaient en hommage aux divinités, ils en distribuaient aux assistants qui le suspendaient à leur cou en guise de protection, ou à l'entrée de leur maison... Ainsi, quand ils accueillaient des invités, ils les embrassaient dessous pour leur porter bonheur.

En Angleterre le gui est aussi important que le houx. Selon une ancienne légende galloise, l'usage du baiser sous une branche de gui date du temps du roi Gwydyr. Ses trois filles étaient toutes fiancées. Leurs compagnons devant partir à la guerre, ils retrouvèrent leurs promises à l'ombre de vieux chênes chargés de gui sacré et demandèrent un gage d'amour : chacune des filles du roi enleva la plume de paon qui ornait sa chevelure et l'offrit à son fiancé. "Encore" déclarèrent tendrement ceux-ci. Alors chacune des filles du roi détacha de ses cheveux la branche de houx qui soutenait la plume de paon. "Encore" supplièrent plus tendrement les fiancés. Comme les filles du roi n'avaient plus rien à donner, elles accordèrent à leurs fiancés un baiser...

quand l'Eglise installa Noël à la place de la fête païenne du Sol Invictis (au IVe siècle), le gui fut évincé pour cause de lien avec ce rite païen. Et c'est le houx qui fut imposé à la place. Mais la tradition populaire n’en fut pas stoppée pour autant : On s'embrasse toujours sous le gui porte-bonheur à la nouvelle année…[img][/img]

_________________
**Souvent imitée jamais égalée **
Mi ange - Mi démon
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Domi
Admin
Admin


Nombre de messages : 19867
Age : 59
Date d'inscription : 01/09/2010

MessageSujet: Re: Noël et tradition   Sam 4 Déc 2010 - 8:55

Le sapin de noël


L'arbre de Noël regroupe infiniment de symboles montrant les richesses de la nature : la lumière, les anges, les fruits des vergers, des champs, de la forêt et de la mer. L'étoile qui brille à son faîte annonce la fin du voyage, le havre de paix.
Il n’est pas une « invention » chrétienne de Noël…
ANTIQUITE

Les Celtes considéraient le 24 décembre comme le jour de la renaissance du Soleil. Ils avaient coutume d'associer un arbre à chaque mois lunaire et avaient dédié l'épicéa, qui était l'arbre de l'enfantement, à ce jour-là.

Quant aux Romains, ils décoraient leur foyer de branches de sapin lorsqu'ils fêtaient Saturne: durant cette période du 17 au 24 décembre, les esclaves prenaient la place de leurs maîtres qui devaient les servir à table….

Les Scandinaves plaçaient un sapin devant leurs abris pour que les esprits les protègent du grand froid…

Le christianisme va amplifier la symbolique en lui donnant les diverses valeurs chrétiennes liées à la naissance du Christ et tant que « renouveau »…

MOYEN AGE ET RENAISSANCE

Au XIe siècle, les fidèles avaient coutume de présenter des scènes appelées Mystères, dont celle du Paradis, fort populaire durant l'Avent. Garni de pommes rouges, un sapin symbolisait alors l'arbre du Paradis. Chaque fruit rouge (pommes) suspendu sur l'arbre représentait un pêché d’Adam et d’Eve.

Au cours du XVe siècle, les fidèles commencent installer le sapin dans leurs maisons, le 24 décembre, jour de la fête d'Adam et Ève. Jusqu’à présent, on décorait les maisons avec des branches coupées 3 jours avant Noël. C'est en 1521 que le sapin ou arbre de Noël ou encore arbre du Christ est mentionné pour la première fois en Alsace et dans la région de Bâle. Mais il est encore sans lumières. Il représente l'Arbre d'Eden dans les mystères joués la veille de Noël sur les bords du Rhin. Pour le décorer, on attachait des pommes à ses branches.

Il existe également des documents attestant d'une fête le 24 décembre 1510 à Riga en Lettonie où des marchands dansaient autour d'un arbre décoré de roses artificielles avant de le brûler.


En 1546 la ville de Sélestat autorise la coupe des arbres verts pour Noël, au cours de la nuit de la Saint Thomas, le 21 décembre. Rapidement, la décoration du sapin va se diversifier, et à côté des pommes rouges, apparaissent les roses, symboles de la Vierge, des confiseries et des petits gâteaux ressemblant à des hosties.

Officiellement, l'Eglise considérait l'arbre de Noël comme une pratique païenne et franc-maçonne et tolère à peine son usage, ce jusqu'au milieu du XXe siècle. L’Eglise considérait que l’arbre de noël était une réminiscence trop puissante du rite païen lors des fêtes du solstice d'hiver où l’on décorait un arbre, symbole de vie, avec des fruits, des fleurs, du blé.
LA REFORME

En 1560, en pleine Réforme, les protestants se refusent à représenter la Nativité par une crèche comme les catholiques. Ils préfèrent développer la tradition du sapin de Noël, arbre qui symbolise le paradis d'Adam et Eve et la connaissance du bien et du mal. Aussi, la tradition du sapin de Noël se répand dans les pays d'Europe Protestante, en Allemagne et en Scandinavie. La décoration devient plus importante et plus variée. On accroche notamment une étoile au sommet de l'arbre, symbole de l'étoile de Bethléem qui guida les Rois Mages.

Peu à peu, après que la tradition se fût répandue dans les communes protestantes d'Allemagne du nord et les grandes villes le sapin se répandit dans les milieux catholiques et occupa une place de choix dans les églises des deux religions. Au XVII et XVIIIe siècle on commence à voir des premiers sapins illuminés. Comme la cire était coûteuse, on plaçait des coquilles de noix remplies d'huile à la surface de laquelle une petite mèche flottait ou des chandelles souples que l'on nouait autour des branches.

LES TEMPS MODERNES

C'est au XIXe siècle que le sapin de Noël prend véritablement son essor.
En 1841, le prince Albert, originaire d'Allemagne, époux de la reine Victoria, fait dresser un arbre de Noël avec ses lumières brillantes au château de Windsor. De la cour, la mode du sapin de Noël se répand rapidement chez la bourgeoisie et se propage ensuite chez les gens du peuple. À l'époque victorienne, un beau sapin de Noël devait avoir six hauteurs de branches et être posé sur une table recouverte d'une nappe de damas blanc. On le parait de guirlandes, de bonbonnières et de fleurs en papier.

Au XVIIIe siècle, la coutume du sapin décoré était déjà bien implantée en Allemagne, en France et en Autriche. En France, l'arbre de Noël est introduit à Versailles par Marie Leszcynska, femme de Louis XV en 1738. Mais il est réellement popularisé par la princesse Hélène de Mecklembourg qui l'apporte à Paris en 1837, après son mariage avec le duc d'Orléans et fait décorer un sapin aux Tuileries. Cette tradition se généralise après la guerre de 1870 dans tout le pays. Les émigrés d'Alsace-Lorraine font largement connaître la tradition du sapin aux français : "Là où il y a une famille alsacienne, il y a un sapin de Noël". A la fin du XIXe siècle tout le pays l'a adopté.

Son introduction au Canada se fait à la fin du XVIIIe siècle, avant même qu'il ne devienne une pratique courante en Angleterre. Il fait ensuite son apparition aux Etats Unis à la Maison Blanche. Il faut cependant attendre le XXe siècle pour les pays catholiques comme l'Italie ou l'Espagne l’adoptent... Désormais, les guerres de religions ont disparu et chaque foyer célèbre un Noël œcuménique avec le sapin et la crèche.

DECORATION


Les divers éléments servant à son ornementation furent d'abord conçus à la maison, avant d'être produits en industrie. Au milieu du XVIIe siècle, l'illumination du sapin se faisait au moyen de petites bougies. Elles sont remplacées, au début du XXe siècle, par des ampoules électriques. D'autres variantes, tels les sapins extérieurs et artificiels, apparaîtront au tournant du XXe siècle. Jusque dans les années 1950 c'est l'Allemagne et les pays d'Europe de l'est qui restent le coeur de production des ornements d'art. Les artisans travaillaient de nombreux matériaux comme le verre soufflé, filé, moulé, le métal, la cire et le bois. On fabrique aussi des petits personnages en coton, des cheveux d'anges métalliques d’origine lyonnaise.

La boule de Noël qui décore les sapins est née à Meisenthal en Moselle : traditionnellement, on y accrochait des pommes mais en 1858, l'hiver fut si rigoureux qu'il n'y eu plus de pommes. Un artisan verrier eut l'idée pour donner quand même un peu de joie à la fête de créer des boules représentant une pomme et d'autres fruits.

La boule de Noël était née.

Aujourd’hui, le sapin est décoré de guirlandes colorées, de bougies électriques et de boules représentant des fruits avec, au sommet, l'étoile de Bethléem.

BOTANIQUE


En botanique, au sens strict, on distingue le sapin de l'épicéa. En général, le sapin de Noël est un épicéa mais on trouve parfois sur les marchés de Noël des vrais sapins.

Le sapin se distingue par ses feuilles aux deux bandes blanches sur le dessous. C'est pourquoi il porte le nom officiel d'abies alba (sapin blanc). Ses feuilles sont plus grandes, plus vertes et plus résistantes que celles de l'épicéa.

Le nom consacré de l'épicéa est picea abies (épicéa sapin). Le premier terme désigne le genre, le second l'espèce. Ce sont donc deux genres différents : le premier appartient au genre sapin, le second au genre épicéa, mais l'espèce est le sapin !

Aujourd’hui, le sapin de Noël classique est essentiellement un épicea (Picea abies) mais en raison de la chute plus rapide de ses aiguilles on lui préfère le Sapin de Nordmann (Abies nordmanniana), bien plus cher. D'autres variétés intermédiaires sont proposées en jardinerie comme le sapin de Corée (Abies koreana) ou encore l'épicea de Serbie (Picea omorica).

_________________
**Souvent imitée jamais égalée **
Mi ange - Mi démon
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Domi
Admin
Admin


Nombre de messages : 19867
Age : 59
Date d'inscription : 01/09/2010

MessageSujet: Re: Noël et tradition   Sam 4 Déc 2010 - 9:02

LE BONHOMME DE NEIGE

Hans Christian ANDERSEN


Quel beau froid il fait aujourd'hui ! dit le Bonhomme de neige. Tout mon corps en craque de plaisir. Et ce vent cinglant, comme il vous fouette agréablement ! Puis, de l'autre côté, ce globe de feu qui me regarde tout béat ! Il voulait parler du soleil qui disparaissait à ce moment.
- Oh ! Il a beau faire, il ne m'éblouira pas ! Je ne lâcherai pas encore mes deux escarboucles. Il avait, en effet, au lieu d'yeux, deux gros morceaux de charbon de terre brillant et sa bouche était faite d'un vieux râteau, de telle façon qu'on voyait toutes ses dents.

Le bonhomme de neige était né au milieu des cris de joie des enfants. Le soleil se coucha, la pleine lune monta dans le ciel ; ronde et grosse, claire et belle, elle brillait au noir firmament.
- Ah ! Le voici qui réapparaît de l'autre côté, dit le Bonhomme de neige. Il pensait que c'était le soleil qui se montrait de nouveau.
- Maintenant, je lui ai fait atténuer son éclat. Il peut rester suspendu là-haut et paraître brillant ; du moins, je peux me voir moi-même. Si seulement je savais ce qu'il faut faire pour bouger de place ! J'aurais tant de plaisir à me remuer un peu ! Si je le pouvais, j'irais tout de suite me promener sur la glace et faire des glissades, comme j'ai vu faire aux enfants. Mais je ne peux pas courir.
- Ouah ! Ouah ! Aboya le chien de garde. Il ne pouvait plus aboyer juste et était toujours enroué, depuis qu'il n'était plus chien de salon et n'avait plus sa place sous le poêle.
- Le soleil t'apprendra bientôt à courir. Je l'ai bien vu pour ton prédécesseur, pendant le dernier hiver. Ouah ! Ouah !
- Je ne te comprends pas, dit le Bonhomme de neige.

C'est cette boule, là-haut (il voulait dire la lune), qui m'apprendra à courir ? C'est moi plutôt qui l'ai fait filer en la regardant fixement, et maintenant elle ne nous revient que timidement par un autre côté.
- Tu ne sais rien de rien, dit le chien ; il est vrai aussi que l'on t'a construit depuis peu. Ce que tu vois là, c'est la lune ; et celui qui a disparu, c'est le soleil. Il reviendra demain et, tu peux m'en croire, il saura t'apprendre à courir dans le fossé. Nous allons avoir un changement de temps. Je sens cela à ma patte gauche de derrière. J'y ai des élancements et des picotements très forts.
- Je ne le comprends pas du tout, se dit à lui-même le Bonhomme de neige, mais j'ai le pressentiment qu'il m'annonce quelque chose de désagréable. Et puis, cette boule qui m'a regardé si fixement avant de disparaître, et qu'il appelle le soleil, je sens bien qu'elle aussi n'est pas mon amie.
- Ouah ! Ouah ! Aboya le chien en tournant trois fois sur lui-même.

Le temps changea en effet. Vers le matin, un brouillard épais et humide se répandit sur tout le pays, et, un peu avant le lever du soleil, un vent glacé se leva, qui fit redoubler la gelée. Quel magnifique coup d'oeil, quand le soleil parut ! Arbres et bosquets étaient couverts de givre et toute la contrée ressemblait à une forêt de blanc corail. C'était comme si tous les rameaux étaient couverts de blanches fleurs brillantes. Les ramifications les plus fines, et que l'on ne peut remarquer en été, apparaissaient maintenant très distinctement. On eût dit que chaque branche jetait un éclat particulier, c'était d'un effet éblouissant. Les bouleaux s'inclinaient mollement au souffle du vent ; il y avait en eux de la vie comme les arbres en ont en plein été.

Quand le soleil vint à briller au milieu de cette splendeur incomparable, il sembla que des éclairs partaient de toutes parts, et que le vaste manteau de neige qui couvrait la terre ruisselait de diamants étincelants.
- Quel spectacle magnifique ! s'écria une jeune fille qui se promenait dans le jardin avec un jeune homme. Ils s'arrêtèrent près du Bonhomme de neige et regardèrent les arbres qui étincelaient. Même en été, on ne voit rien de plus beau !
- Surtout on ne peut pas rencontrer un pareil gaillard ! répondit le jeune homme en désignant le Bonhomme de neige. Il est parfait !
- Qui était-ce ? demanda le Bonhomme de neige au chien de garde. Toi qui es depuis si longtemps dans la cour, tu dois certainement les connaître ?
- Naturellement ! dit le chien. Elle m'a si souvent caressé, et lui m'a donné tant d'os à ronger. Pas de danger que je les morde !
- Mais qui sont-ils donc ?
- Des fiancés, répondit le chien. Ils veulent vivre tous les deux dans la même niche et y ronger des os ensemble. Oua h ! Ouah !
- Est-ce que ce sont des gens comme toi et moi ?
- Ah ! Mais non ! dit le chien. Ils appartiennent à la famille des maîtres ! Je connais tout ici dans cette cour ! Oui, il y a un temps où je n'étais pas dans la cour, au froid et à l'attache pendant que souffle le vent glacé. Ouah ! Ouah !
- Moi, j'adore le froid ! dit le Bonhomme de neige. Je t'en prie, raconte. Mais tu pourrais bien faire moins de bruit avec ta chaîne. Cela m'écorche les oreilles.

- Ouah ! Ouah ! Aboya le chien. J'ai été jeune chien, gentil et mignon, comme on me le disait alors. J'avais ma place sur un fauteuil de velours dans le château, parfois même sur le giron des maîtres. On m'embrassait sur le museau, et on m'époussetait les pattes avec un mouchoir brodé. On m'appelait " Chéri ". Mais je devins grand, et l'on me donna à la femme de ménage. J'allai demeurer dans le cellier ; tiens ! D'où tu es, tu peux en voir l'intérieur. Dans cette chambre, je devins le maître ; oui, je fus le maître chez la femme de ménage. C'était moins luxueux que dans les appartements du dessus, mais ce n'en était que plus agréable. Les enfants ne venaient pas constamment me tirailler et me tarabuster comme là-haut. Puis j'avais un coussin spécial, et je me chauffais à un bon poêle, la plus belle invention de notre siècle, tu peux m'en croire. Je me glissais dessous et l'on ne me voyait plus. Tiens ! J'en rêve encore.
- Est-ce donc quelque chose de si beau qu'un poêle ? reprit le Bonhomme de neige après un instant de réflexion.
- Non, non, tout au contraire ! C'est tout noir, avec un long cou et un cercle en cuivre. Il mange du bois au point que le feu lui en sort par la bouche. Il faut se mettre au-dessus ou au-dessous, ou à côté, et alors, rien de plus agréable. Du reste, regarde par la fenêtre, tu l'apercevras. Le Bonhomme de neige regarda et aperçut en effet un objet noir, reluisant, avec un cercle en cuivre, et par-dessous lequel le feu brillait. Cette vue fit sur lui une impression étrange, qu'il n'avait encore jamais éprouvée, mais que tous les hommes connaissent bien.
- Pourquoi es-tu parti de chez elle ? demanda le Bonhomme de neige. Il disait : elle, car, pour lui, un être si aimable devait être du sexe féminin. - Comment as-tu pu quitter ce lieu de délices ?
- Il le fallait bon gré mal gré, dit le chien. On me jeta dehors et on me mit à l'attache, parce qu'un jour je mordis à la jambe le plus jeune des fils de la maison qui venait de me prendre un os. Les maîtres furent très irrités, et l'on m'envoya ici à l'attache. Tu vois, avec le temps, j'y ai perdu ma voix. J'aboie très mal. Le chien se tut.

Mais le Bonhomme de neige n'écoutait déjà plus ce qu'il lui disait. Il continuait à regarder chez la femme de ménage, où le poêle était posé.
- Tout mon être en craque d'envie, disait-il. Si je pouvais entrer ! Souhait bien innocent, tout de même ! Entrer, entrer, c'est mon voeu le plus cher ; il faut que je m'appuie contre le poêle, dussé-je passer par la fenêtre !
- Tu n'entreras pas, dit le chien, et si tu entrais, c'en serait fait de toi. *
- C'en est déjà fait de moi, dit le Bonhomme de neige ; l'envie me détruit.
Toute la journée il regarda par la fenêtre. Du poêle sortait une flamme douce et caressante ; un poêle seul, quand il a quelque chose à brûler, peut produire une telle lueur ; car le soleil ou la lune, ce ne serait pas la même lumière. Chaque fois qu'on ouvrait la porte, la flamme s'échappait par-dessous. La blanche poitrine du Bonhomme de neige en recevait des reflets rouges.
- Je n'y puis plus tenir ! C'est si bon lorsque la langue lui sort de la bouche !
La nuit fut longue, mais elle ne parut pas telle au Bonhomme de neige. Il était plongé dans les idées les plus riantes.
.
Au matin, la fenêtre du cellier était couverte de givre, formant les plus jolies arabesques qu'un Bonhomme de neige pût souhaiter ; seulement, elles cachaient le poêle. La neige craquait plus que jamais ; un beau froid sec, un vrai plaisir pour un Bonhomme de neige. Un coq chantait en regardant le froid soleil d'hiver. Au loin dans la campagne, on entendait résonner la terre gelée sous les pas des chevaux s'en allant au labour, pendant que le conducteur faisait gaiement claquer son fouet en chantant quelque ronde campagnarde que répétait après lui l'écho de la colline voisine. Et pourtant le Bonhomme de neige n'était pas gai. Il aurait dû l'être, mais il ne l'était pas. Aussi, quand tout concourt à réaliser nos souhaits, nous cherchons dans l'impossible et l'inattendu ce qui pourrait arriver pour troubler notre repos ; il semble que le bonheur n'est pas dans ce que l'on a la satisfaction de posséder, mais tout au contraire dans l'imprévu d'où peut souvent sortir notre malheur. C'est pour cela que le Bonhomme de neige ne pouvait se défendre d'un ardent désir de voir le poêle, lui l'homme du froid auquel la chaleur pouvait être si désastreuse. Et ses deux gros yeux de charbon de terre restaient fixés immuablement sur le poêle qui continue à brûler sans se douter de l'attention attendrie dont il était l'objet.
- Mauvaise maladie pour un Bonhomme de neige ! Pensait le chien. Ouah ! Ouah ! Nous allons encore avoir un changement de temps !
Et cela arriva en effet : ce fut un dégel. Et plus le dégel grandissait, plus le Bonhomme de neige diminuait. Il ne disait rien ; il ne se plaignait pas ; c'était mauvais signe.

Un matin, il tomba en morceaux, et il ne resta de lui qu'une espèce de manche à balai. Les enfants l'avaient planté en terre, et avaient construit autour leur Bonhomme de neige.
- Je comprends maintenant son envie, dit le chien. C'est ce qu'il avait dans le corps qui le tourmentait ainsi ! Ouah Ouah !
Bientôt après, l'hiver disparut à son tour.
- Ouah ! ouah ! aboyait le chien ; et une petite fille chantait dans la cour : Ohé ! Voici l'hiver parti Et voici Février fini ! Chantons : Coucou! Chantons! Cui…uitte ! Et toi, bon soleil, viens vite !

Personne ne pensait plus au Bonhomme de neige.

_________________
**Souvent imitée jamais égalée **
Mi ange - Mi démon
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Domi
Admin
Admin


Nombre de messages : 19867
Age : 59
Date d'inscription : 01/09/2010

MessageSujet: Re: Noël et tradition   Sam 4 Déc 2010 - 9:22

DICTONS ET PROVERBES



Selon les anciens, le jour de la semaine auquel correspond Noël influencerait la suite des évènements :

Noël vint un lundi
Et tout se perdit.
Quand Noël tombe un mardi,
pain et vin de toutes parts.
Noël le jeudi, c'est la famine.
Mais s'il tombe un vendredi
Le blé roule sur la cendre.
Si le jour de Noël se trouve être un dimanche,
les ennuis de l'hiver viendront en avalanche.

_________________
**Souvent imitée jamais égalée **
Mi ange - Mi démon
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Domi
Admin
Admin


Nombre de messages : 19867
Age : 59
Date d'inscription : 01/09/2010

MessageSujet: Re: Noël et tradition   Sam 4 Déc 2010 - 10:22

Le vin des Dieux:

Avec 2 litres de bon vin rouge, 500grs de sucre, 4 citrons, 4 pommes reinettes, 8 clous de girofle et un peu d'eau de fleur d'oranger.
Eplucher et couper en morceaux les citrons et les pommes. Ajouter tous les autres ingrédients pour laisser macérer une semaine en remuant tous les jours.
Filtrer et bien exprimer tout le vin pour mettre en bouteilles.
Faire vieillir au frais quelques mois avant dégustation.

_________________
**Souvent imitée jamais égalée **
Mi ange - Mi démon
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Domi
Admin
Admin


Nombre de messages : 19867
Age : 59
Date d'inscription : 01/09/2010

MessageSujet: Re: Noël et tradition   Sam 4 Déc 2010 - 10:24

Recette du vin d'orange de Mémé


Pour 1 litre de vin bon vin blanc, il faut 3 oranges dont au moins une amère, 1 tranche de citron, 1 verre d'eau de vie, 250 grammes de sucre et un peu de vanille en poudre.
Bien laver et essuyer les oranges pour les couper en petits dés réguliers sans les éplucher. Ajouter la tranche de citron puis tous les autres ingrédients pour laisser macérer le tout pendant 45 jours.
Filtrer et mettre en bouteille puis conserver au frais.

_________________
**Souvent imitée jamais égalée **
Mi ange - Mi démon
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
azia
Top chef
Top chef


Nombre de messages : 3018
Age : 99
Localisation : dans un citronnier
Date d'inscription : 02/09/2008

MessageSujet: Re: Noël et tradition   Sam 4 Déc 2010 - 14:47

et le ti jésus dans tt çà??? parce noel c'est le ti jésus ?? humm paganisme quand tu nous tien,

en espagne c'est les rois mages plus que papou noel , mais eux aussi ils deviennent amerlo pro cocacola lolll



joyeux nouelllllllllllllllllllllllllllll jj
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
mamijo
Top chef
Top chef


Nombre de messages : 2896
Age : 62
Date d'inscription : 17/02/2009

MessageSujet: Re: Noël et tradition   Sam 4 Déc 2010 - 17:26

Tu as raison Azia. Nous fêtons avant tout la naissance du Christ, et on dit aux enfants que c'est l'anniversaire de JESUS.

Et nous leurs expliquons que les cadeaux, c'est en fait une tradition comme les rois mage ont apportés des cadeaux à la naissance du Christ.
Dans le sud, il y a également la tradition des 13 desserts.

Voili voilà pour nous !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
azia
Top chef
Top chef


Nombre de messages : 3018
Age : 99
Localisation : dans un citronnier
Date d'inscription : 02/09/2008

MessageSujet: Re: Noël et tradition   Sam 4 Déc 2010 - 18:15

oui l'anniverssaire de jesus, mais ya un "heu" les bergers ont vue l'étoile
question pour domi , dit moi ex belle bergére c'est quand la transumance est en plein hivers?? moi je pense pas , donc la date est fausse, ti jesus n'est jamais né le 25 décembre et quand les rois on cherché l'enfant , il était déja né depuis quelque mois déjà, c'est pas beau de mentir aux enfants lol
bah oui tout est faux, pauvre jésus, célébre phrase " père pardonne leurs "

les 13 desserts pour les 12 apotres et le pôvre jésus, si quelqu'un connais le jour de sa naissance qu'il nous le dise snfi snfi

le pompe a lhuile
le calisson ( yavé des calisson a cette époque? bah on s'en fout la base est fausse )
les mendiants les 4 fruits secs qui representes 4 ordres franciscains les domicains ect
fruits frais ;les dattes, pomme , poire , mandarine
nougat blanc et noir
melon confit
on boit du vin chaud







Dernière édition par azia le Sam 4 Déc 2010 - 18:21, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
azia
Top chef
Top chef


Nombre de messages : 3018
Age : 99
Localisation : dans un citronnier
Date d'inscription : 02/09/2008

MessageSujet: Re: Noël et tradition   Sam 4 Déc 2010 - 18:19

on ne mange la viande qu'aprés minuit , oui parce le ti jésus n'est pas encore né, on mange du poisson et des fruit de mer en attendant la naissance du ti .

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
margato
Top chef
Top chef


Nombre de messages : 5936
Age : 61
Localisation : Amsterdam
Date d'inscription : 07/07/2008

MessageSujet: Re: Noël et tradition   Sam 4 Déc 2010 - 18:38

azia a écrit:
et le ti jésus dans tt çà??? parce noel c'est le ti jésus ?? humm paganisme quand tu nous tien,

en espagne c'est les rois mages plus que papou noel , mais eux aussi ils deviennent amerlo pro cocacola lolll



joyeux nouelllllllllllllllllllllllllllll jj




merci ma Azia!!!!! d'etre venue faire un ptit tour de manége sur le fofo.je t'embrasse tres fort... ahhhhhhhh noel et zut alors, pourvu que cela se passe vite.....J'AIME PAS NOEL......cuisine et re cuisine et encore cuisine et tjrs cuisine sinon faut manzzzzzer les restes tout cela pour maigrir en janvierpour paraitre svelte au printemps et vas y que tout cela me tombe sur les hanches...et le mien qui dit (une femme comme au Magreb pour qu'elle soit vraiment belle faut qu'elle touche des 2 hanches la porte d'entrée).....et zut donc faut que je grossisse dejà que je ne suis pas maigre vu mes nouvelles billes....je me vois sous un jour different maintenant AU SECOUR!!!!!!!! groscachean4 f_05bl_1 568400
une citation de Coluche.....je n'aimerai pas etre une femme c'est trop d'entretien.....il aavait raison le gars bruuuuuu
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Noël et tradition   Aujourd'hui à 15:26

Revenir en haut Aller en bas
 
Noël et tradition
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 4Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant
 Sujets similaires
-
» [VDS] Housse Noreve Cuir Tradition Noire HTC HD2
» [Reportage] Etui Noreve HTC TOUCH HD Tradition
» Puisqu'il faut sacrifier à la tradition...
» News - Master Grande Tradition de Jaeger-LeCoultre
» un petit site exotique, pour relever une longue tradition

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le Café des Délices  :: Le Comptoir du Bar :: Fêtes de Fin dannée :: fêtes de fin d'année :: L'esprit de Noêl-
Sauter vers: